Follow-up: Table ronde: Panaït Istrati – Romain Rolland; lettres: 1919-1935 (2019.11.20, Librairie française Kyralina)

A l’occasion d’une table ronde “Panaït Istrati – Romain Rolland; lettres: 1919-1935” nous nous sommes rencontrés à la librairie française Kyralina, dans 20 novembre 2019.

La correspondance Istrati – Rolland, trace authentique de la relation entre deux importants écrivains du XXème siècle, donne à voir en quelque 300 lettres, l’amitié et l’admiration, puis l’incompréhension, enfin le conflit idéologique. Les deux écrivains dialoguent sur l’éthique de l’écriture, la mission de l’écrivain, aussi bien que sur les péripéties de leur existence. C’est un document littéraire et humain de tout premier ordre, sur fond historique de l’entre-deux guerres. Romain Rolland, prix Nobel 1915, avait décidé de prendre en main la destinée littéraire du vagabond Istrati en lui imposant une discipline de travail, en corrigeant son français hésitant des débuts, en le lançant dans le monde des lettres françaises.

“Mon ami, écrivait Rolland à Istrati le 23 décembre 1922, je n’attends pas d’avoir du temps pour vous écrire…je ne puis pas attendre, après avoir dévoré Kyra Kyralina au milieu de la nuit…Il faut que je vous le dise tout de suite : c’est formidable ! Il n’y a rien dans la littérature d’aujourd’hui qui soit de cette trempe.”

En présence de :

  • Mugur Popovici, ancien diplomate – Introduction;
  • Denis Taurel, membre du comité de rédaction de «Le Haïdouc», publication des Amis de Panaït Istrati, France – “Au plaisir de la lecture d’un grand roman épistolaire”;
  • Corina Costopol-Dima, journaliste – “Deux lettres sur l’amitié”;
  • Elena Dumitru, maître de conférence, Université La Sapienza, Rome – “Panaït Istrati-Romain Rolland, une grande œuvre commune”;
  • Dana Radler, maître assistant Académie des études économiques Bucarest (Département langues modernes et communication dans les affaires) – “Les femmes dans la correspondance Panaït Istrati – Romain Rolland”;

La rencontre était également agrémentée d’une projection du documentaire de télévision roumaine «Le sentiment de la fraternité» (1988, durée 25’) sur les traces de Panaït Istrati à Braila, en présence du co-réalisateur Geo Truica.

Ci-dessous, des photos de l’événement et l’enregistrement audio et vidéo.

Citește mai departeFollow-up: Table ronde: Panaït Istrati – Romain Rolland; lettres: 1919-1935 (2019.11.20, Librairie française Kyralina)

Follow-up: Rencontre Boris Cyrulnik – Lancement de livre “La tentation du Bien est beaucoup plus dangereuse que celle du Mal” par Boris Cyrulnik et Tzvetan Todorov

A l’occasion de la venue de Boris Cyrulnik en Roumanie pour l’ouverture d’un Institut de la petite enfance, nous avons la chance de le recevoir à la librairie française Kyralina, une deuxième fois.

Lors de la sortie en roumain de l’ouvrage la Tentation du Bien (dialogue qu’il a eu avec Tzvetan Todorov): “Ispita Binelui este mult mai periculoasă decât Ispita Răului”, Boris Cyrulnik viendra discuter avec des invités, suivi d’une session de dédicaces de ses ouvrages en français et en roumain.

Invité:

RO: Cu ocazia publicării în limba română a dialogului dintre Boris Cyrulnik și Tzvetan Todorov, sub titlul Ispita Binelui este mult mai periculoasă decât ispita Răului, Boris Cyrulnik va discuta cu invitații săi despre temele abordate în acest volum. O sesiune de autografe este prevăzută în încheiere.

Ci-dessous, des photos de l’événement et l’enregistrement audio et vidéo.

Citește mai departeFollow-up: Rencontre Boris Cyrulnik – Lancement de livre “La tentation du Bien est beaucoup plus dangereuse que celle du Mal” par Boris Cyrulnik et Tzvetan Todorov

Le plus grand problème de SEO (Optimisation pour les moteurs de recherche)

Quelques années plus tôt, j’avais une discussion en contradiction avec un experte de SEO. Il disait qu’il connait les règles de SEO, mais il croix que son direct expérience est plus importante.

Et la discussion était morte en ce point. J’avais l’argument de connaitre la théorie de SEO du site comme Moz.com, SearchEngineLand.com et autres, il avait fait de testes lui-même.

Ça c’est le plus grand problème de SEO d’aujourd’hui, sur mon opinion – l’industrie n’est pas bien règlemente. Google ne donne pas de certifications en SEO, comme il fait sur PPC (payer avec un clic – Google AdWords, Facebook Ads).

N’importe qui peut affirmer qu’il est une experte en SEO. Et la expérience est difficile d’évaluer, parce que les résultats des SEO sont affecté par plusieurs facteurs.

Citește mai departeLe plus grand problème de SEO (Optimisation pour les moteurs de recherche)

Amour profond pour les autres

Il ya plus d’un genre d’amour pour d’autres entitites:

  • Vous pouvez aimer Dieu.
  • Vous pouvez aimer vous même.
  • Vous pouvez aimer des proches, dans un contexte où vous êtes nés.
  • Vous pouvez aimer vos amis.
  • Vous pouvez aimer des étrangers.
  • Vous pouvez aimer certaines actions (comme des passe-temps, ou manger du chocolat).
  • Vous pouvez aimer votre partenaire significatif.

De tous ces types d’amour, je pense que l’amour pour votre autre significatif est on a quelques spécificités.

Citește mai departeAmour profond pour les autres

Mon âme

Quand j’étais petit, j’ai été élevé par une tante. J’etais très libre, sans restrictions, de temps en temps laissé seul, jusqu’à ce que j’avais 3 ans. Après cela, j’ai été élevé de 3 à 18 ans à Năvodari. Pendant ce passage de Pîrjol à Năvodari, j’ai gardé en moi un désir de liberté (et de solitude), qui est une émotion fondamentale en moi. Quand j’étais à Năvodari, j’ai eu le sentiment que pour être aimé, vous devez vous comporter comme un bon enfant. J’ai été élevé différemment à Pîrjol, où peu importe ce que j’ai fait, j’étais encore aimé. Où cette chose mène? J’ai préféré être sans amour, plutôt que sans liberté. Donc, je suis resté non aimé (c’était mon sentiment, avec les personnes à Pîrjol loin de moi, et les personnes à Năvodari pas proche), mais libre, plutôt que aimé et avec des règles. Mon système de valeurs est basé sur deux choses: 1. Je suis libre, je peux faire ce que je veux, je brise des choses, je suis un héros, je me sacrifie, je donne tout, je n’ai pas de règles. 2. Je ne m’aime pas et je ne peux pas aimer les autres, parce que je n’ai pas de système pour me positionner à la famille. La vue depuis l’espace de mon enfance est la suivante: J’ai été élevé par une tante + oncle à Pîrjol, Bacău, en riant, heureux, aimé, gâté, bien traité, jusqu’à ce que j’aie 3 ans. À 3 ans venir à Năvodari, Constanţa, mère , Père, aimé, …

Citește mai departeMon âme

Statistiques et extrapolations

Je vois régulièrement d’extrapolations faites à partir de statistiques – “Personne X dit que l’appareil fabriqué par Y, travaille bien, cela signifie que l’entreprise Y fabrique des produits de qualité.” Ou “société Z de messagerie a fait une erreur de livraison. Par conséquent, toutes les fournitures de société de courrier Z ont tort.” Ou “le boutique en ligne M avait un employé qui à un moment a actionné brutalement. Par conséquent, tous les employés de magasin M sont sournois.” Certaines de ces observations sont valables. Cependant, faire une règle à partir d’une seule déclaration, il est la mauvaise approche.

Cynisme

Quand j’étais au Royaume-Uni, j’ai pensé à une vieux pensée de quelqu’un d’autre sur un groupe Yahoo!: les Roumains sont plus cyniques que les Occidentaux, en général. Est-ce que c’est bon? Ça dépend. Si vous prenez une personne cynique et le mettez dans un environnement où tout le monde est positif et chaleureux, du point de vue de cette personne, les choses vont bien. Mais pour la société? Peut-être, peut-être pas. Et si toute la société est faite de personnes cyniques? Je pense que les choses ne sont pas, dans ce cas, bon pour personne. Que diriez-vous d’une situation dans laquelle toutes les personnes sont positives? Je pense que ça fera du bien. C’est un dilemme du prisonnier à son meilleur. PS: Adrian Stanciu a dit une fois que, en Suède, l’Etat semi-socialiste et ses mesures fonctionnent parce que là tout le monde travaille pour le bien de la société dans son ensemble. Pas de cynisme, mais au lieu de bonne volonté et de confiance en tout.